Les vestiges médiévaux

La cathédrale Notre-Dame et le palais épiscopal, renfermant la mosaïque des quatre fleuves du Paradis, sont les monuments emblématiques de la ville médiévale, devenue chrétienne dès le 4e siècle et siège de l’évêché. Ils sont d’autant plus emblématiques que subsistent peu d’édifices d’avant 1450 à Die.

Le clocher-porche vers 1900

Le clocher-porche vers 1900

à peu près dans son état du XIVe siècle (sauf horloge)

Clocher refait à neuf en 1933

Clocher refait à neuf en 1933

par l'architecte J. Formigé, dans un style néo-gothique.

Cathédrale de Die peu après 1933

Cathédrale de Die peu après 1933

avec vue sur la place et le mur nord.

Tour de la sacristie

Tour de la sacristie

Datable du XIe siècle, un vestige de l'ancien groupe épiscopal ?

La nef unique

La nef unique

vue depuis le 2e étage du clocher-porche.

Mur du cloître canonial

Mur du cloître canonial

devant l'entrée nord de la cathédrale. (c) J.P. / Musée / Inrap

La cathédrale Notre- Dame

 

Dressée sur la place de la République, la cathédrale Notre-Dame que l’on voit aujourd’hui est le résultat de plusieurs remaniements effectués au cours de l’Histoire.

Sur une première église datant probablement du 5e siècle, se succèdent plusieurs églises reconstruites à plusieurs époques. Des évènements naturels, tel que le séisme de 1443*, ou sociaux, telles que les guerres de Religion, à l’origine de nombreux dégâts ou pillages, ont imposé ces reconstructions et rénovations. En revanche, la cathédrale a définitivement perdu son cloître.

 

Protégé au titre des Monuments Historiques, l’édifice se présente aujourd’hui en un plan basilical très simple. On y pénètre par un clocher-porche d’époque romane dont l’entrée voûtée recèle d’imposantes colonnes et inscriptions romaines de remploi. Le clocher, sans doute beaucoup plus haut à l’origine, s’élève sur quatre niveaux couronnés par une terrasse de style néo-gothique. La nef, unique, est dépourvue de transept et de chapelles. Elle emmène à un chœur en abside. Accolée à cet ensemble, une tour carrée conçue en petits moellons, probablement l’élément le plus ancien conservé du bâtiment (11e siècle), abrite la sacristie.

 

Outre son architecture digne d’intérêt, la cathédrale Notre-Dame conserve de grands tableaux du 18e siècle, dont cinq évoquent la vie de la Vierge (dans le chœur) et un représente Etienne, évêque de Die (au nord).

Au sein de ce lieu, prend place également un orgue du 19e siècle, fabriqué par Daublaine Kallinet et réaménagé par Joseph Merklin. Du fait de sa mécanique complète et très aboutie, il peut jouer un vaste répertoire musical (musiques médiévales, romantiques, jazz, musiques orchestrales de flûte, hautbois, gambe, clairon, trompette, etc).

*Plusieurs destructions sur le territoire sont attribuées à ce séisme : la ville médiévale de Die, le clocher de la cathédrale de Die et le claps de Luc-en-Diois (éboulement de la montagne en gros blocs de rocher ayant bloqué la route des Alpes et la Drôme).

Liens utiles

IMG_3095.JPG

Venir à la mosaïque

Les animations

La mosaïque des quatre fleuves du Paradis

 

Joyau de l’art roman, la mosaïque des quatre fleuves du Paradis est conservée dans son intégralité et constitue un rare exemple de mosaïque médiévale. Par son caractère exceptionnel, elle bénéficie du classement au titre des Monuments Historiques.

 

Datant de la fin du 11e siècle, elle orne une petite pièce, dite la chapelle St Nicolas, de l’ancien palais épiscopal de Die. Située dans l’aile publique du palais, cette pièce était sans doute à l’origine un hall d’accueil ou une salle d’attente pour accéder à la salle d’audience de l’évêque.

 

La mosaïque représente les quatre fleuves du Paradis (Tigre, Euphrate, Géon et Fison) sous la forme de têtes monstrueuses crachant de l'eau, parmi une faune et une flore luxuriantes. Les interprétations en font une représentation de l’Univers, tournant autour de l’étoile polaire.

 

Au fils des siècles, la pièce a été modifiée et agrémentée d’enduits peints aux motifs géométriques du 14e siècle et de papiers peints aux motifs grotesques du 18e siècle, classés eux-aussi au titre des Monuments Historiques.

 

C’est tout cet ensemble décoratif remarquable qui est ouvert à la visite.

© 2020 par le Musée de Die et du Diois

11, rue Camille Buffardel - 26150 - Die - France

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône Instagram